le jour où commence cette histoire


Aujourd’hui en librairie, « L’Oiseau Blanc ».
Un nouvel album illustré par Charles Dutertre aux éditions du Rouergue.
La rencontre entre White Bird, un Indien d’Amérique, et Charles Nungesser, aviateur pendant la première guerre mondiale.
Le jour où commence cette histoire, le vent souffle fort, plus fort que d’habitude. Un océan sépare la terre de l’Amérique et la terre de l’Europe. De chaque côté, des hommes vivent sans se connaitre. Mais le vent s’en moque. Le vent souffle pareil ici et là.
Et par son souffle, les rivières gonflent et chantent plus vivement, les herbes se couchent, la poussière s’envole des chemins. Des vagues se forment, des nuages se dispersent. C’est comme si le vent s’amusait à tout mettre en désordre de chaque côté de l’horizon.
Le jour où commence cette histoire, deux hommes qui ne se connaissent pas rêvent l’un de l’autre. C’est sans doute le vent qui provoque cela. Sûrement qu’en entrant dans leur tête, le vent mélange tout. Il noue leurs rêves l’un à l’autre.
Et c’est pour cette raison que les deux hommes vont se rencontrer. Ils se sont vus en rêve, ils se verront en vrai. Ce n’est plus qu’une affaire de temps. Les rêves ont tout leur temps, les rêves ont plusieurs vies mais ils finissent toujours par se réaliser… (…)

Publicités

cousine

Aujourd’hui en librairie, « Ma cousine et moi on a refait le monde ».
Un nouvel album illustré par Nathalie Choux chez Sarbacane.
Je l’ai mis sur une balançoire. Pour lui donner de l’élan.

J’ai attendu que le vent tourne les pages. J’aurais pu attendre longtemps.
Mieux vaut les tourner nous-même. Faire et refaire ce qui a déjà été fait.
Ne jamais être satisfait. Rêver. Réaliser. Ensemble.
C’est long, tout un monde à refaire.

atterrissage

… Surveillez l’horizon… bientôt atterriront deux albums illustrés…
L’un avec Charles Dutertre, L’oiseau blanc, au Rouergue.
L’autre avec Nathalie Choux, Ma cousine et moi on a refait le monde, chez Sarbacane.

ruches

Ce sont les boîtes de Stéphanie.
Elles ressemblent à des ruches couvertes de neige.
Un puits de lumière sur le dessus, un trou pour y glisser un oeil. À l’abri à l’intérieur, on devine des silhouettes, des ombres et des lumières. Des alvéoles où se nichent des histoires-abeilles.


Stéphanie a conçu ces boîtes pour donner envie aux enfants de lire mes livres. Avec eux, avec elle, j’ai passé une semaine formidable dans les montagnes suisses.
Et tous les mercis que je lui dois, que je leur dois à tous (Nicolas, Liam, tous les enfants, les amis, les enseignants, les libraires et les bibliothécaires croisés ici et là) je voudrais qu’ils aient le parfum et la couleur du miel.

(et je rajoute une cuillerée de mercis à Thomas Scotto pour avoir soufflé mon nom…)

louise

Parmi les vivants, deuxième tome.
Après Abel, voici Louise.
Un roman écrit avec Valie Le Gall.
Longue robe verte, besace en bandoulière, cheveux roux, Louise surgit en même temps que l’orage, et les questions pleuvent.
Que deviennent nos morts ? Où se trouve la frontière entre les rêves et la réalité ?
Aujourd’hui en librairie, dans la collection Epik au Rouergue.

grizzli et moi


Aujourd’hui en librairie, Grizzli et moi, les jours heureux d’un chat et d’une chaussette. Douze histoires incroyables mais vraies dans la vie d’un chat paresseux, racontées par une chaussette libre. Avec une couverture de Pierre Frampas, collection Dacodac, aux éditions du Rouergue. Au programme (entre autres surprises) : du thon, des envahisseurs, la plus courte partie de scrabble du monde, l’étonnant mystère des clés disparues, une visite chez le vétérinaire en compagnie d’un appareil à raclette, un combat contre un parapluie, un voyage en enveloppe, la formation d’une ligue de protection des anciennes cafetières… mais aussi merguez, sieste et philosophie !

Aristide Aristote

img_0945

Après Le roi, la graine et leurs enfants, nouvel album illustré avec Éva Offredo.
Aristide Aristote, l’oiseau est ma boussole, aux éditions À pas de loups.
Aristote est un chat qui a deux vies.
Dans sa première, il rêve auprès d’une femme qui attend son mari marin.
Dans sa deuxième, il s’aventure au delà de la forêt, près de l’océan.
C’est là qu’il rencontre Aristide, un oiseau.
Aristide cherche un pays qui s’appelle Eulalie. Un pays bleu comme les rayures du maillot de son ami Eustache. Un pays rouge comme le sourire sur son visage endormi…

se nicher

img_0941Le 3 mars en librairie, Aristide Aristote, l’oiseau est ma boussole.
Un album pour se nicher, au chaud entre les pages, au doux, au creux des images  d’Éva Offredo, à pas de loups, entre les plis, entre les mots, en compagnie d’un chat et d’un oiseau…

yoda 5

couvgrizzlicimg5486
Plus qu’une semaine avant la sortie de Grizzli et moi, les jours heureux d’un chat et d’une chaussette, et voici la dernière partie de notre entretien avec Mademoiselle Zaza, qui inspire le personnage de Grizzli. Cette fois on se retrouve dehors, dans une cagette (voir photo).
– Zaza, avant de conclure, résumons l’essentiel de nos échanges. Vous incarnez la voie de la sagesse à la façon d’un Maître Yoda moustachu, vous avez l’autonomie d’un camping-car, du thon et des croquettes se battent en duel dans votre cerveau, vous êtes imbattable au Scrabble…
– Stop ! Je vous coupe tout de suite, si vous continuez à dresser une liste interminable, vous allez endormir tout le monde. J’en baille déjà.
– Vous avez raison, on n’a pas besoin de ça…
– Alors venons-en directement aux questions, s’il vous plaît. Et aujourd’hui, c’est moi qui les pose. Qui êtes vous ?
– Nous ?
– Oui, vous. Ça fait un mois que vous m’interviewez, mais vous ne vous êtes toujours pas présenté. Regardez vous un peu. Vous n’avez pas d’allure. On dirait que vous germez sur place.
– Si nous germons, c’est que le printemps arrive, et que nous sommes des pommes de terre…
– Des patates ? Vous voulez dire que depuis le début je suis en train de parler à des patates ?
– Des pommes de terre, oui. Variété Rosabelle. Prêtes à être mises en terre.
– …
– Vous semblez vexée, Zaza. Mais il n’y a pas de honte à converser avec des pommes de terre. Le personnage de Grizzli se confie bien à une chaussette. On dit aussi que Charlemagne demandait régulièrement conseil à un parapluie nommé Pépin le Bref…
– …
– Zaza ? Vous êtes vraiment vexée ?

Ah non, Zaza n’est pas vexée, c’est juste qu’elle s’est encore endormie. Pas facile d’interviewer un chat narcoleptique, pour ne pas dire impossible. Alors autant mettre un point final à cet entretien, et se reporter à la lecture de Grizzli et moi, les jours heureux d’un chat et d’une chaussette, éditions du Rouergue, en librairie le 8 mars. Et nous, hop, on s’en va faire notre trou et germer dans le potager… Adios !