sous-marin

20180521_204658.jpg
C’est aujourd’hui que débarquent en librairie Olive & Léandre.
Olive est un poulpe, Léandre est un ours. Tous deux cherchent de la compagnie au fond des océans. Ils vont et viennent entre le nord et le sud. Ils se perdent, ils font des détours. Mais avec un peu de chance, ils vont bien finir parse trouver quelque part, non ?
Un album illustré par Janik Coat aux éditions Les Fourmis Rouges.
20180521_204542

Publicités

en rien

IMG_1088
Nouvelle couverture pour un ancien petit roman. C’était en 2007.
« Déguisés en rien », désormais dans la collection Dacodac.
Toujours avec Nathalie Choux, toujours au Rouergue.
Où l’on retrouve Titouan débarquant en cours d’année dans une nouvelle école, le jour du carnaval. Et Nadia, celle que tout le monde appelle « la sorcière », qui se cache dans une poubelle.

sauf moi

20180318_165603Nouvelle couverture pour un ancien petit roman. Mon tout premier. C’était en 2004.
« Tout le monde s’embrasse sauf moi », désormais dans la collection Dacodac.
Toujours avec Nathalie Choux, toujours au Rouergue.
Où l’on retrouvera Grégoire, amoureux dune vendeuse de chaussures de la galerie marchande près de chez lui, et son chien Pyrame, amoureux d’une taupe qui creuse ses galeries dans le jardin.

il y aura

Cette année, les nouveautés viendront surtout à l’automne.
Un roman d’aventures, Celle qui voit l’invisible, au Rouergue.
Et deux albums illustrés.
La Brigade du silence avec Charles Dutertre, au Rouergue.
Celui qui vit dans la cabane de l’ours avec David Sala, chez Casterman.
Mais dès juin, arrive déjà un album sous-marin :
Olive et Léandre avec Janik Coat, chez Les fourmis rouges.
On en reparle bientôt.
Pour la quatrième aventure de Charles le dragon avec Philippe-Henri Turin, ce sera en 2019.
Deux petits romans ressortent également au printemps avec une nouvelle couverture de Nathalie Choux, Tout le monde s’embrasse sauf moi et Déguisés en rien.

 

le jour où commence cette histoire


Aujourd’hui en librairie, « L’Oiseau Blanc ».
Un nouvel album illustré par Charles Dutertre aux éditions du Rouergue.
La rencontre entre White Bird, un Indien d’Amérique, et Charles Nungesser, aviateur pendant la première guerre mondiale.
Le jour où commence cette histoire, le vent souffle fort, plus fort que d’habitude. Un océan sépare la terre de l’Amérique et la terre de l’Europe. De chaque côté, des hommes vivent sans se connaitre. Mais le vent s’en moque. Le vent souffle pareil ici et là.
Et par son souffle, les rivières gonflent et chantent plus vivement, les herbes se couchent, la poussière s’envole des chemins. Des vagues se forment, des nuages se dispersent. C’est comme si le vent s’amusait à tout mettre en désordre de chaque côté de l’horizon.
Le jour où commence cette histoire, deux hommes qui ne se connaissent pas rêvent l’un de l’autre. C’est sans doute le vent qui provoque cela. Sûrement qu’en entrant dans leur tête, le vent mélange tout. Il noue leurs rêves l’un à l’autre.
Et c’est pour cette raison que les deux hommes vont se rencontrer. Ils se sont vus en rêve, ils se verront en vrai. Ce n’est plus qu’une affaire de temps. Les rêves ont tout leur temps, les rêves ont plusieurs vies mais ils finissent toujours par se réaliser… (…)

cousine

Aujourd’hui en librairie, « Ma cousine et moi on a refait le monde ».
Un nouvel album illustré par Nathalie Choux chez Sarbacane.
Je l’ai mis sur une balançoire. Pour lui donner de l’élan.

J’ai attendu que le vent tourne les pages. J’aurais pu attendre longtemps.
Mieux vaut les tourner nous-même. Faire et refaire ce qui a déjà été fait.
Ne jamais être satisfait. Rêver. Réaliser. Ensemble.
C’est long, tout un monde à refaire.

atterrissage

… Surveillez l’horizon… bientôt atterriront deux albums illustrés…
L’un avec Charles Dutertre, L’oiseau blanc, au Rouergue.
L’autre avec Nathalie Choux, Ma cousine et moi on a refait le monde, chez Sarbacane.

ruches

Ce sont les boîtes de Stéphanie.
Elles ressemblent à des ruches couvertes de neige.
Un puits de lumière sur le dessus, un trou pour y glisser un oeil. À l’abri à l’intérieur, on devine des silhouettes, des ombres et des lumières. Des alvéoles où se nichent des histoires-abeilles.


Stéphanie a conçu ces boîtes pour donner envie aux enfants de lire mes livres. Avec eux, avec elle, j’ai passé une semaine formidable dans les montagnes suisses.
Et tous les mercis que je lui dois, que je leur dois à tous (Nicolas, Liam, tous les enfants, les amis, les enseignants, les libraires et les bibliothécaires croisés ici et là) je voudrais qu’ils aient le parfum et la couleur du miel.

(et je rajoute une cuillerée de mercis à Thomas Scotto pour avoir soufflé mon nom…)

louise

Parmi les vivants, deuxième tome.
Après Abel, voici Louise.
Un roman écrit avec Valie Le Gall.
Longue robe verte, besace en bandoulière, cheveux roux, Louise surgit en même temps que l’orage, et les questions pleuvent.
Que deviennent nos morts ? Où se trouve la frontière entre les rêves et la réalité ?
Aujourd’hui en librairie, dans la collection Epik au Rouergue.